×
Von
AFP
Veröffentlicht am
22.09.2005
Lesedauer
3 Minuten
Teilen
Herunterladen
Artikel herunterladen
Drucken
Drucken
Textgröße
aA+ aA-

Gucci, vedette des collections milanaises pour le printemps-été 2006

Von
AFP
Veröffentlicht am
22.09.2005

MILAN (Italie), 22 sept 2005 (AFP) - Le défilé Gucci sera, pour la deuxième fois de l'ère post-Tom Ford, la vedette de la semaine milanaise de la mode pour le printemps-été 2006, du 24 septembre au 1er octobre, avec la première collection de sa nouvelle directrice artistique du prêt-à-porter féminin, Frida Giannini, le 28.


Frida Giannini, directrice artistique de Gucci
Photo : Pietro Savorelli

Près de 100 défilés au total vont se succéder pendant neuf jours et à un rythme beaucoup plus soutenu de mardi à vendredi. Les grandes maisons qui devaient défiler initialement le samedi 1er octobre ont dû avancer le calendrier pour être sûres que la presse, notamment américaine, soit présente.

Frida Giannini, une jeune Romaine de 33 ans, n'est pas une nouvelle venue dans l'univers Gucci. Elle y est entrée en septembre 2002 comme chef du studio maroquinerie avant de devenir directrice de la création des accessoires au départ de l'Américain Tom Ford, ex-directeur artistique tout puissant de la griffe.

En mars 2005, elle devient en plus directrice de la création du prêt-à-porter féminin, succédant à Alessandra Facchinetti qui n'a présenté que deux collections, moyennement appréciées par la presse spécialistée et officiellement en raison d'un "désaccord avec le management" de la marque.

La promotion de Frida Giannini a récompensé au contraire sa "remarquable capacité de traduire l'essence de la marque" mais aussi et surtout a transformer ce qu'elle fait en "remarquable succès commercial", expliquait la maison florentine lors de sa nomination en mars.

Sa première collection "croisière" présentée à New York en juin et sorte "d'avant-goût" de la nouvelle femme Gucci, avait été bien accueillie par les professionnels.


Modèle Gucci présenté à Milan en septembre 2004 Photo : Patrick Hertzog

Comme à l'accoutumée, le début du calendrier rassemblera les jeunes marques. Suivront ensuite les grandes maisons italiennes de Dolce et Gabbana, qui célèbrent cette année leurs 20 ans de création, à Bottega Veneta, au succès grandissant sous l'impulsion du créateur allemand Tomas Maier, et les incontournables Prada, Giorgio Armani, Marni, Missoni, Gianfranco Ferre, Versace, Roberto Cavalli etc.

S'ajoutent quelques griffes étrangères avec en tête de liste le Britannique Burberry, dont le directeur artistique, Christopher Bailey, signe saison après saison des collections de plus en plus remarquées.

La maison allemande Jil Sander, contrôlée par le groupe Prada, ne défilera pas cette saison mais présentera la collection créée en interne en show-room. Le nouveau directeur artistique, le Belge Ralf Simons, qui a succédé à la fondatrice de la maison en juillet et dont la tâche est de donner une nouvelle impulsion à une griffe déficitaire, présentera son travail pour la première fois en janvier.

Dans cette semaine consacrée au prêt-à-porter de luxe, une griffe viendra jouer les trouble-fêtes le dernier jour : Elena Miro, marque moyen-de-gamme destinée à habiller les femmes enveloppées, aux antipodes des mannequins anorexiques des podiums.

"Nous sommes très contents d'être la première marque à avoir le courage de faire défiler des femmes réelles et normales", explique à l'AFP Mauro Davico, directeur de la communication de Elena Miro. "Ce n'est pas un coup de pub. Nous avons eu beaucoup de mal à pouvoir nous inscrire sur le calendrier", ajoute-t-il.

"Si c'était vrai dans le passé que la mode pour femmes rondes était triste, ce n'est plus le cas aujourd'hui. Il est temps de remettre les courbes à la mode", a-t-il conclu.

Par Dominique AGEORGES

Copyright © 2021 AFP. Alle Rechte vorbehalten. Wiederveröffentlichung oder Verbreitung der Inhalte dieser Seiten nur mit ausdrücklicher schriftlicher Zustimmung von AFP.