×

Adidas : l'influence des investisseurs grandit au sein du conseil de surveillance

Von
Reuters
Veröffentlicht am
today 13.05.2016
Lesedauer
access_time 3 Minuten
Teilen
Herunterladen
Artikel herunterladen
Drucken
Drucken
Textgröße
aA+ aA-

Les actionnaires d'Adidas ont nommé le milliardaire égyptien Nassef Sawiris ainsi qu'un représentant d'Albert Frère, l'homme le plus riche de Belgique, au conseil de surveillance, après que ces derniers ont pris une participation significative dans le groupe allemand.

Adidas


Albert Frère et Nassef Sawiris, ainsi que l'investisseur américain Mason Hawkins, ont en effet pris l'an dernier des participations importantes dans Adidas, profitant de la chute de l'action liée à une série d'avertissements sur résultat, et dans un contexte concurrentiel difficile face à Nike.

Depuis, Adidas a décidé de vendre ses activités en difficulté dans le secteur du golf et a nommé Kasper Rorsted, l'ancien patron d'Henkel, au poste de PDG à partir d'octobre, qui succédera ainsi à Herbert Hainer après 15 ans dans cette position. 

Les trois actionnaires semblent préférer agir en coulisse, plutôt que de s'exprimer en public.

Ian Gallienne, le patron du groupe Bruxelles Lambert, la holding d'Albert Frère, qui est aussi membre du conseil d'administration de Pernod Ricard, a déclaré lors de l'assemblée du groupe qu'il était partisan d'un « dialogue constructif » avec la direction.

Nassef Sawiris a pour sa part déclaré qu'il espérait que sa connaissance des marchés émergents ainsi que son expertise financière permettraient de renforcer le conseil d'administration.

Des investisseurs ont déclaré que le conseil d'administration d'Adidas, dominé par des consultants et des représentants syndicaux allemands, manquait d'influence par rapport à celui de Nike, dont le conseil est composé de poids lourds comme le PDG d'Apple, Tim Cook.

Gerhard Jaeger, porte-parole de l'association d'investisseurs SdK, a déclaré lors de l'Assemblée des actionnaires qu'Adidas avait fait des progrès majeurs dans le courant de l'année dernière, mais a ajouté que Kasper Rorsted avait encore beaucoup de travail devant lui, en particulier pour améliorer la profitabilité : « La faiblesse est toujours la marge... la concurrence montre comment cela devrait être fait. Adidas est toujours loin derrière Nike. »

Toutefois, il a ajouté qu'il serait favorable à ce que Herbert Hainer rejoigne le conseil de surveillance en tant que possible successeur du président Igor Landau, après une période d'attente.

Les investisseurs nourrissent de fortes espérances pour le nouveau PDG et espèrent qu'il saura réduire les coûts et aussi penser à la vente de la marque fitness Reebok, qui avait été acquise en 2005 par Herbert Hainer.

Herbert Hainer a pour sa part admis que la marge de profit n'était « pas assez bonne » et a ajouté que son équipe travaillait dur pour remédier à cela, souhaitant « beaucoup de chance » à son successeur dans cette tâche.

Reuters avait dévoilé en décembre que Nassef Sawiris avait formé un partenariat avec Mason Hawkins afin de faciliter le changement au sein des conseils d'administration et pour influencer la stratégie d'un certain nombre d'entreprises, dont Adidas.

Selon Thomson Reuters, Albert Frère détient 5 % des actions d'Adidas, Nassef Sawiris 3 % - via NNS Holding - et Mason Hawkins 2,9 %.

© Thomson Reuters 2019 All rights reserved.