×

Zalando va externaliser la gestion de ses retours en Allemagne

Veröffentlicht am
today 27.06.2019
Lesedauer
access_time 2 Minuten
Teilen
Herunterladen
Artikel herunterladen
Drucken
Drucken
Textgröße
aA+ aA-

A l’heure où les e-commerçants européens ont engagé une rationalisation de leurs coûts logistiques, le géant allemand Zalando se préparerait à déléguer outre-Rhin la gestion de ses retours. Si leur gratuité a longtemps été l'argument massue de l'e-commerçant, il y a récemment mis fin en Italie, en Irlande, en Espagne et au Royaume-Uni. Mais l’Allemagne est un cas à part. Dans son pays natal, Zalando doit se conformer à l’obligation des retours gratuits.


La société Zalando a été créée en 2008 à Berlin. - Zalando


Et tout ceci a un coût que Zalando aurait donc décidé d’encadrer via une externalisation, comme le précisait mi juin le magazine économique Wirtschaftswoche. La réorganisation toucherait d’abord les sites logistiques d’Erfurt, Lahr et Mönchengladbach, respectivement situés au centre, à l’ouest et au sud-ouest du pays. La refonte concernerait 570 employés amenés à être réaffectés.

Une décision motivée par le fait que la moitié des biens commandés sur Zalando en Allemagne feraient l’objet d’un retour. Des produits qui, indique Zalando, sont ensuite à 97 % remis en vente sur le portail, le reste gagnant d’autres plateformes et points de vente. Et 0,05 % serait détruit, notamment pour raison sanitaire. Point notable à l’heure où l’Allemagne, à l’instar de la France, songe à interdire la destruction des invendus.

Cette évolution s’inscrit dans une vaste évolution de la gestion des retours par les acteurs européens. Le suédois H&M a ainsi fait savoir que seuls ses membres « Plus » pourront désormais retourner gratuitement leurs commandes. Le britannique Asos a lui annoncé qu’il bloquera désormais les "serial returners" qui commandent en tailles multiples pour ensuite renvoyer massivement leurs produits.

« Seul Amazon a les moyens de livrer gratuitement à perte », confient de longue date les professionnels de la vente en ligne, qui ont tous fait à un moment ou un autre de la gratuité des retours un argument de vente. Mais les portails et marques ont depuis dû s’adapter à l’érosion des ventes d’habillement touchant le Vieux Continent, ainsi qu’à la quête d’un équilibre financier pour leurs activités. Si la gratuité a été le maître-mot de la vente en ligne au début de cette décennie, cette dernière pourrait bien se terminer sur un autre, celui de la rationalisation.

Copyright © 2019 FashionNetwork.com Alle Rechte vorbehalten.