×

Vestiaire Collective lève des fonds en pleine crise sanitaire

Veröffentlicht am
21.04.2020
Lesedauer
3 Minuten
Teilen
Herunterladen
Artikel herunterladen
Drucken
Drucken
Textgröße
aA+ aA-

Alors que la crise du coronavirus paralyse le retail mode à travers le monde, Vestiaire Collective voit entrer de nouveaux membres à son capital : la plateforme spécialisée dans l'habillement de seconde main, née à Paris en 2009, a ainsi conclu un nouveau tour de table de 59 millions d'euros. Les trois investisseurs entrants sont les fonds Korelya Capital (géré par Fidelity International ), Vaultier7 (fonds britannique né en 2017) et Cuir Invest (Industrie Française du Cuir).


Sur son site, Vestiaire Collective célèbre le mois de la circularité, ici avec Lily Cole. - Vestiaire Collective

 
"En tant que première plateforme mondiale de revente, cette levée de fonds confirme une nouvelle fois que le modèle de Vestiaire Collective incarne une alternative incontournable dans l'avenir de l'industrie de la mode et répond aux enjeux de notre siècle", commente la société, dont les actionnaires déjà en place, à savoir Eurazeo (Eurazeo Growth & Idinvest Venture funds), Bpifrance, Vitruvian Partners, Conde Nast, Luxury Tech Fund ainsi que le directeur général de Vestiaire Collective Max Bittner, réinjectent aussi du cash au passage.
 
Moins d'un an après un précédent tour de table, cette levée de fonds doit permettre au site axé sur un créneau haut de gamme et luxe de s'imposer encore plus fortement comme une réponse "circulaire et responsable face à la mode du tout-jetable", mais aussi d'accélérer son expansion internationale. Ainsi, l'entrée de Korelya Capital (financé par le conglomérat technologique coréen Naver) au sein de l'entreprise va directement mener au développement de Vestiaire Collective au Japon et en Corée du Sud dès 2020.

En outre, le service d'envoi direct (article expédié directement par le vendeur à l'acheteur, sans passer par la case vérification chez Vestiaire Collective) va être étendu aux Etats-Unis cet été, puis en Asie, après avoir été lancé en Europe à l'automne dernier. Cette option destinée aux produits étiquetés à moins de 500 euros concerne aujourd'hui plus de 50% des commandes sur le Vieux-Continent, et a signé la réintroduction sur le site des produits positionnés sur le segment milieu de gamme.
 
Quant au fonds Vaultier7, sa spécialisation bien-être et lifestyle et son "extraordinaire réseau nous aidera à débloquer davantage de produits de luxe sous-utilisés pour répondre à la demande des acheteurs du monde entier", ajoute Vestiaire Collective. Ce fonds, notamment soutenu par la famille Puig, a investi depuis son lancement il y a trois ans dans la marque capillaire Gisou et dans le site de mode "pudique" The Modist, qui a récemment cessé ses activités en raison de la pandémie de Covid-19.

Vestiaire Collective dit avoir vite retrouvé son niveau d'avant-crise


 
Le directeur général de la plateforme de seconde main, Max Bittner, est convaincu "que cette période de crise sans précédent ne remettra pas seulement en question où nous faisons nos achats, mais aussi notre manière de le faire. Vestiaire Collective est né pendant la crise de 2008, et prouve aujourd'hui qu'il peut aider les gens à tirer tous les jours le meilleur parti de leurs biens, mais aussi à accéder à la mode de manière durable et responsable".
 
Après un ralentissement au début de la crise sanitaire, l'entreprise aux neuf millions de membres affirme que les dépôts et commandes de produits sur le site sont revenus très rapidement à leur niveau pré-Covid-19, voire même à un niveau supérieur. Elle s'attend à ce que l'après-crise favorise l'engouement pour le e-commerce, avec "un accent mis sur les valeurs sociales, les communautés et l’entraide", mais aussi à ce que les consommateurs se lancent dans la revente pour gagner de l'argent dans une période où leur situation financière peut être mise à mal.
 
Vestiaire Collective, dont le siège est situé à Paris, mais qui possède aussi des bureaux à Londres, New York, Milan, Berlin et Hong Kong, revendique un catalogue d'environ un million de produits, dont 60.000 nouveaux articles sont mis en ligne chaque semaine. En juin 2019, c'est un tour de table de 40 millions d'euros, signant notamment l'arrivée de la banque publique Bpifrance au capital, qu'avait conclu la société née sous l'appellation VestiaireDeCopines il y a onze ans, avant de changer de nom en 2012.

Copyright © 2020 FashionNetwork.com Alle Rechte vorbehalten.