×

Valentine Gauthier et Cécile Feilchenfeldt récompensées aux grands prix de la création de Paris

Veröffentlicht am
today 29.11.2019
Lesedauer
access_time 5 Minuten
Teilen
Herunterladen
Artikel herunterladen
Drucken
Drucken
Textgröße
aA+ aA-

Transformer, réinterpréter, valoriser… Les gagnants de l’édition 2019 des grands prix de la ville de Paris ont tous en commun une approche et une réflexion sur la matière. Un propos qui tend forcément vers des visions de durabilité des produits. Cette année, pour la première fois, les trois jurys étaient présidés par des professionnels avec Hubert Barrère, de Lesage, pour les métiers d’art, Julien Fournié pour la mode, et India Madhavi, pour le design.


Les gagnants et Frédéric Hocquard, adjoint à la maire de Paris, réunis à la mairie de Paris, vendredi soir. - FNW



Sur le front de la mode, Julien Fournié a tenu un propos portant sur la résistance : "Quand on parle de création mode, tout cela est très fragile. C'est pour cela que la dotation pour les gagnants est importante. C'est pour cela qu'il est important d'arriver à mobiliser les partenaires. J'ai reçu le prix il y a dix ans. Cette enveloppe m'a apporté de la reconnaissance, mais surtout de perdurer dans mon travail de création. Nous avons choisi de faire gagner deux femmes qui avancent avec leur vision, même si parfois cela peut faire mal. Elles avancent avec une liberté de création sans être récupérées par des phénomènes de pensée".


Valentine Gauthier remporte le grand prix mode de la ville de Paris - FNW


La première des deux lauréates est Marianna Ladreyt. La créatrice éponyme de sa marque de prêt-à-porter, finaliste du festival de la mode d’Hyères en 2017 et faisant partie du programme Designers Apartment, a reçu le prix du talent émergent. Son label a été lancé il y a un an, après plusieurs collaborations. "Je me vois comme une chimiste dans mon laboratoire. J'imagine, j'essaye des nouvelles formes", a -t-elle expliqué. "Je suis passionnée par la mythologie, c'est sans doute lié à mes racines chypriotes du côté de ma mère. J'adore aussi le workwear et le sportswear. Et je cherche comment faire pour que les deux se rencontrent".

Valentine Gauthier a elle remporté le grand prix de la création mode. Pour la Française qui oeuvre depuis maintenant plus d'une décennie avec l'idée de proposer une mode haut de gamme facile d'accès, cette récompense doit mettre en lumière ses engagements sur son travail des matières. "J'aime l'idée de retrouver la création de mode comme autrefois, avoir ce rapport aux matières, mais aussi que la cliente puisse venir sans connaître l'histoire de la marque et des pièces", appuie-t-elle. "On peut faire énormément de belles choses avec la laine recyclée. On produit aussi nos jeans à côté de Paris. Et mon mari est la quatrième génération d'une famille de bottiers. Initialement on ne souhaitait pas mettre tout cela trop en avant. Mais comme on voit que pour certains c'est un nouvel argument, on se sent légitime pour reprendre la parole sur ces sujets".

Pour la stucture, qui compte huit personnes, cette récompense doit aussi lui permettre de développer son potentiel. "Pour moi c'était la première fois que je participais au concours", explique Valentine Gauthier qui compte une boutique à Paris et réalise la moitié de son activité hors de France. "C'est la directrice de l'Institut Chardon Savard qui m'a conseillé de présenter un projet. C'est un prix qui résonne à l'international et pour nous c'est un objectif de développer de nouveaux jolis comptes et leur présenter mi-janvier notre collection. On explore aussi l'utilisation de matières, comme la possibilité de réaliser des boots en cuir de champignon ou des jeans en fibre de cactus".


Cécile Feilchenfeldt - Aurélie Cenno


Le travail sur de nouvelles matières est aussi au coeur de l'approche des deux lauréats des prix métiers d'art. William Amor utilise pour ses créations ornementales des matériaux improbables. Et se présente comme "ennoblisseur" de matières délaissées. "Je suis parurier floral. Je conçois des fleurs avec des matériaux déconsidérés, notamment les sacs plastique et filets de pêche", détaille le français qui s'entoure de personnes handicapées pour réaliser ses productions. "Les artisans et les artistes se moquent de la matière. C'est tout un process technique pour la rendre belle. Ce process, j'ai mis longtemps à aboutir et pouvoir l'exploiter sur de nombreuses applications. A présent, on peut faire de la collaboration avec le tissage, les créateurs de mode... Je n'ai pas de limite créative !"

La collaboration avec les créateurs de haut vol et ses contraintes, Cécile Feilchenfeldt s'y frotte depuis longtemps. L'entrepreneuse suisse, installée à Paris depuis six ans dans le XVème arrondissement avec son atelier de maille, travaille avec des maisons comme Schiaparelli, Balenciaga ou Louis Vuitton, avec ses créations tout en volume ou fantaisie. Son métier est en pleine évolution et, elle aussi, explore le potentiel de nouvelles matières. "Je réorganise mon atelier en intégrant des matières écodurables", souligne-t-elle. "Je dois changer les paradigmes dans ma façon de faire. Je travaille avec des instituts de recherche suisses sur le développement de nouvelles fibres. Mais il y a aussi une réflexion à avoir sur le travail en monomatière. C est un défi magnifique". La dotation du grand prix de Paris devrait ainsi permettre Cécile Feilchenfeldt d'avancer dans ses initiatives d'exploration créative.

Enfin, dans la catégorie design, le duo qui compose le studio Natasha & Sasha a remporté le prix du talent émergent. Il "questionne les objets du quotidien afin de les rendre plus désirables et plus durables". Leur volonté est de créer des objets beaux et pratiques tout en exploitant des matériaux plus responsables. Jean-Baptiste Fatrez a lui été récompensé du grand prix du design. Le designer travaille notamment la céramique, avec de nouveaux usages. Il exploite notamment de nouvelles technologies pour donner des formes nouvelles à la matière. Et rêve de pouvoir remplacer certains objets aujourd'hui produits avec du plastique par de la céramique.

Les grands prix de la création de la ville de Paris sont nés en 1993. Aujourd'hui, l'évènement, dont FashionNetwork.com est partenaire, offre aux lauréats des grands prix, une dotation de 15 000 euros et une visibilité. Ainsi, les gagnants présenteront notamment leurs travaux dans la Joyce Gallery du 4 au 19 février, dans le Ier arrondissement de Paris.






 

Copyright © 2019 FashionNetwork.com Alle Rechte vorbehalten.