×

Thomas Huriez de 1083 raconte son aventure du "made in France" dans un livre

Veröffentlicht am
today 07.11.2019
Lesedauer
access_time 3 Minuten
Teilen
Herunterladen
Artikel herunterladen
Drucken
Drucken
Textgröße
aA+ aA-

Difficile de parler de mode made in France sans parler de Thomas Huriez. Guillaume Gibault, (Le Slip Français) le désignait lui-même, à l’occasion du dernier salon Who’s Next, comme le véritable chantre d’une génération de marques rêvant d’une production locale et raisonnée. Douze ans après avoir ouvert sa première boutique écoresponsable à Romans-sur-Isère, Thomas Huriez raconte aujourd’hui dans le livre  Re-Made en France à paraître ce mois-ci aux aux Editions Dunod les dessous du développement de sa marque de jeans 1083. Un récit mais surtout un message adressé aux professionnels et aux consommateurs.


Dunod


"Je n’ai pas la prétention de réinventer le capitalisme ni de repenser le système. Et à vrai dire, je ne suis pas certain que la meilleure des façons de nous sortir de la crise écologique, économique et sociale (…) soit de produire une alternative théorique", explique dans cet ouvrage Thomas Huriez, qui souligne que son appel au made in France n’a rien d’un appel au repli sur soi. "Je pense simplement que l’époque où les jeunes créateurs d’entreprise devaient rêver de conquérir le monde et de le dominer sans partage s’essouffle".

Sur près de 200 pages écrites avec l’appui d’Antonin Léonard (Agence Stroïka) et du journaliste Côme Bastin, Thomas Huriez retrace les différentes étapes l’ayant conduit à la création de 1083 : la volonté de "faire du vêtement un medium", sa rencontre avec Eric Boël (Les Tissages de Charlieu), la campagne de financement participatif sur Ulule. Sans oublier le rejet de la logique des soldes, et bien sûr le choix d’un modèle économique qu'il expose ainsi : "Puisque Levi’s et H&M achètent leurs jeans à peu près au même prix, soit 10-15 euros l'unité, et que le premier le revend 100 euros et l’autre 30, peut-être puis-je concurrencer le premier avec le modèle économique du second ?", résume l’auteur.

Mais si le label 1083 s’avère être né d'une réflexion approfondie sur l’attente des consommateurs, la nécessité de l’éthique ou la transparence de la communication, c’est bien une aventure industrielle qui ressort de ces lignes. Filature dans les Vosges, tissage dans les Vosges et la Loire, confection à Marseille, fabrication de chaussures à Romans… "Rapidement, nous avons compris que notre aventure devait nous conduire à inventer et structurer une véritable filière industrielle", explique Thomas Huriez, qui raconte ainsi la collaboration avec l’Atelier de Marseille, le sauvetage du fournisseur Valrupt Industries, la création de l’Atelier 1083, son installation en 2021 dans l’ex-usine Charles Jourdan de Romans-sur-Isère, sans oublier le projet Linpossible.

La montée en puissance d’une mode circulaire occupe une bonne part de l’ouvrage. Si l’optimiste y déborde, Thomas Huriez n’en est pas moins ponctuellement acerbe avec la filière, et notamment sa tendance au ‘greenwashing’ et au ‘francolavage’ : "Il suffit de parler à quelques couturières pour se rendre compte des filouteries de certaines marques qui n’ont pas hésité à ré-étiqueter en France des vêtements fabriqués ailleurs (…) La crédibilité perdue à force de mensonges et d’omissions leur imposera de redoubler d’efforts", déplore ainsi l’auteur pour qui la crédibilité de la filière ne se reconstruira que collectivement.

L'ouvrage Re-Made en France, sous-titré "Un million d’emplois près de chez nous en produisant et consommant local !", édité chez Dunod, est proposé au prix de 16,90 euros.

Copyright © 2019 FashionNetwork.com Alle Rechte vorbehalten.