×
Veröffentlicht am
24.02.2022
Lesedauer
2 Minuten
Teilen
Herunterladen
Artikel herunterladen
Drucken
Drucken
Textgröße
aA+ aA-

Scalapay lève 497 millions de dollars, dont 215 en augmentation de capital

Veröffentlicht am
24.02.2022

Après avoir levé l'équivalent de 131 millions d'euros en septembre dernier, le spécialiste italien du paiement fractionné annonce une nouvelle augmentation de capital de 497 millions de dollars (441 millions d'euros), dont 282 millions de dollars de dettes. Portant l'ambition de doubler ses effectifs en 2022, la structure profite de cette levée pour lancer son offre "Magic Checkout", qui réduit le nombre d'étapes encadrant le paiement.


Scalapay


Ce tour de table a été mené par Tencent (maison mère du chinois WeChat) et Willoughby Capital, qui ont rejoint les investisseurs historiques Tiger Global, Gangwal, Moore Capital, Deimos et Fasanara Capital.

Fondée notamment par Simone Mancini et Johnny Mitrevski en 2019, la structure a désormais levé pour 700 millions de dollars (622 millions d'euros), et indique avoir multiplié par trois son volume de paiement depuis le tour de table mené en septembre.

Positionnée sur le paiement fractionné, ou "buy now pay later", Scalapay propose des paiements en trois ou quatre fois, ou un paiement intégral au bout de quatorze jours. Une offre qui a notamment séduit des marques et distributeurs comme Shein, Decathlon, Calzedonia, Morgan, Cache-Cache, Bréal, Moschino, Don't Call Me Jennifer, Samsonite, Nike et Pandora

Scalapay annonce aujourd'hui le renforcement de son offre avec l'arrivé du "Magic Checkout". Un nouveau parcours permettant de finaliser un paiement en seulement quelques clics et d'établir un mode de paiement décalé pour ses achats.

"Nous avons supprimé tous les points de friction traditionnels du paiement et solutionné les principales raisons de l'abandon du panier, telles que l'inscription ou la connexion, l'expédition, la sélection du moyen de paiement et les consentements en matière de confidentialité", explique Johnny Mitrevski, cofondateur et CTO de Scalapay. "Et ce, tout en respectant les règles européennes strictes DSP2 et RGPD".


Simone Mancini et Johnny Mitrevski - Scalapay


Une précision qui prend tout son sens quand on sait que l'Union européenne entend serrer la vis concernant l'encadrement des paiements fractionnés. La directive européenne 2008/48/CE exclut pour l'heure ces paiements de l'encadrement imposé aux crédits à la consommation. Ce à quoi le législateur européen entend cependant remédier pour lutter contre les risques de surendettement. "La contrainte ne serait pas proportionnelle au niveau de risque" indiquait dernièrement à FashionNetwork.com la confédération de la vente en ligne Ecommerce Europe.

Selon Mediamétrie, ce sont 34% des cyberacheteurs français qui ont déjà essayé le paiement différé, et 32% le paiement fractionné. Des solutions de paiement qui séduisent marques et distributeurs, car elles permettent aux e-commerçants de doper les paniers d'achat. La hausse serait selon Médiamétrie de +4% en moyenne pour les achats de moins de 30 euros, et de +17 % au-delà de 250 euros.

Copyright © 2022 FashionNetwork.com Alle Rechte vorbehalten.

Tags :
Business