×

Rick Owens explore ses origines mexicaines

Veröffentlicht am
today 21.06.2019
Lesedauer
access_time 2 Minuten
Teilen
Herunterladen
Artikel herunterladen
Drucken
Drucken
Textgröße
aA+ aA-

Cheveux longs et libres, en pantalons baggy et manteaux lâches, les mannequins descendent le grand escalier en marbre de l'esplanade du Palais de Tokyo sous le soleil, juchés sur des bottes à plateforme avec talons vertigineux en plexiglas. Lunettes futuristes et collier tribal en métal cliquetant sur leur torse nu ou leur tricot de corps à col V plongeant parachèvent ce look, qui oscille entre glam-rocker et chaman. Le ton est donné pour ce show signé Rick Owens intitulé « Tecuatl », du nom de jeune fille de sa grand-mère.
 

Rick Owens, printemps-été 2020 - © PixelFormula


Quatre joueurs de tambour accompagnaient jeudi ce show particulier à l'ambiance mystique. Cette saison, le designer californien, né d’un père anglo-saxon et d’une mère mexicaine, a voulu célébrer ses origines, tout en proclamant son point de vue sans concession contre Donald Trump. Comme il l’explique dans un communiqué, « j’ai voulu explorer ma part mexicaine en réaction à l’obsession du président américain pour un mur-frontière ».
 
Et de raconter son enfance à Porteville, dans le sud de la Californie. « Ma mère et moi avons appris l’anglais ensemble, quand elle a commencé à m’emmener à la crèche. Mon père travaillait auprès du tribunal comme traducteur pour les migrants mexicains qui travaillaient dans les fermes et qui constituaient un pilier de l’industrie agricole de San Joaquin. »

« La connaissance de l’aigle aztèque sur le drapeau de l’United Farm Workers et les luttes qu’il représente font partie de mon enfance », poursuit Rick Owens, qui utilise à ce titre dans sa collection l’emblème de l’association, cet aigle stylisé repris dans les colliers, des T-shirts et des chemises.

Ailleurs, des hiéroglyphes blancs au style aztèque s’inscrivent sur le fond noir de certains manteaux et pantalons. Dans cette garde-robe à dominante noire et blanche se démarquent quelques pièces flamboyantes, dont des manteaux or et vestes à paillettes dorées, des pantalons et manteaux irisés ainsi que des tenues jaune soleil, réminiscences des jupes folkloriques portées par la mère du couturier.
 
Pour le reste, la collection est composée de pièces plus faciles : des pantalons moulants ou cargos, des combinaisons zippées, des vestes et blousons, des impers légers ainsi que des shorts. Le tout confectionné en nylon taffetas, tissus enduits, cuir ou coton. A noter les maxi-poches en cuir amovibles, qui s’ajoutent sur une veste, accrochées à la taille par un simple cordon.

Copyright © 2020 FashionNetwork.com Alle Rechte vorbehalten.