×

Rick Owens : ambiance mexicaine et look aztèque

Übersetzt von
Marguerite Capelle
Veröffentlicht am
today 27.09.2019
Lesedauer
access_time 2 Minuten
Teilen
Herunterladen
Artikel herunterladen
Drucken
Drucken
Textgröße
aA+ aA-

Rick Owens est revenu à ses racines nord-américaines ce jeudi à Paris, mais au sud de la frontière cette fois, au lieu du nord du Rio Grande.


Rick Owens - Printemps-été 2020 - Prêt-à-porter féminin- Paris - © PixelFormula

 
Sa mère née au Mexique a inspiré la collection printemps 2020 de Rick Owens. Mais c’est Maria Félix – « la Marlène Dietrich du cinéma mexicain » – qui était le leitmotiv de ce défilé puissant. La saison dernière, Rick Owens avait également fait référence à sa mère, mais cette fois il s’agissait d’une plongée bien plus profonde dans l’imagerie et l’histoire mexicaine.

Il n’y a pas grand monde dans la mode pour mettre en scène des défilés aussi puissants que ceux de Rick Owens, et cette performance-là était un grand cru. Présentée sur l’esplanade du Palais de Tokyo, avec des mannequins qui défilaient autour de l’énorme fontaine extérieure, et devant les sculptures géantes en pierre.

Le message le plus fort du créateur, c’était ces déesses sombres avec des coiffes royales aztèques, portées sur des robes en maille tailladées et ceinturées, à la géométrie spectaculaire.

Des manteaux sans manches étaient coupés avec des épaulettes géantes, et des pièces en tricot imbriquées et superposées composaient de superbes robes. Tandis que ses célèbres sac-bananes fétiches prenaient la forme de sculptures abstraites de cinquante centimètres de long.

Rick Owens a intitulé sa collection Tecuatl. « D’après le nom de jeune fille mixtèque de ma grand-mère. Je n’ai jamais vraiment exploré mon identité mexicaine, mais le débat sur la construction d’un mur à la frontière m’a fait prendre davantage conscience de ceux dont je risque d’être séparé », expliquait le créateur californien dans son programme papier.


Rick Owens -Printemps-été 2020 - Prêt-à-porter féminin- Paris - © PixelFormula

 
Owens s’est aussi aventuré sur de nouveaux territoires avec sa palette de couleurs – en référence à l’architecte mexicain Luis Barragán – célèbre pour ses teintes violettes, or brut et jaune primaire aux contrastes audacieux.

Pour ajouter à l’étrangeté de tout cela, une série de mannequins au crâne rasé qui portaient d’énormes perruques bouclées à mi-chemin entre Mad Max et la Fiancée de Frankestein. Tous ont défilé devant une dizaine de personnages en noir munis de tiges pour fabriquer des bulles par milliers – qui flottaient au-dessus du public dans un nuage mousseux et arty.

Rick Owens est apparu au sommet d’un escalier géant pour saluer sous des applaudissements nourris – son profil aquilin lui donnait soudain des airs de Montezuma de la mode.
 
 

Copyright © 2019 FashionNetwork.com Alle Rechte vorbehalten.