×

Promod s’essaie à la production à la demande

Veröffentlicht am
today 27.09.2019
Lesedauer
access_time 2 Minuten
Teilen
Herunterladen
Artikel herunterladen
Drucken
Drucken
Textgröße
aA+ aA-

Du 13 au 29 septembre derniers, les clientes de Promod ont pu commander une version personnalisée du manteau Gisèle, qui ne sera produite que dans les jours suivants, et livrée d’ici le 21 octobre. Une première expérimentation de la précommande pour la marque nordiste détenue par la famille Pollet, qui revendique avoir passé le cap des 600 commandes.


Au 25 septembre, quelque 600 exemplaires personnalisés du manteau auraient été commandés - Promod


« Le manteau est rapidement arrivé dans le top des ventes, en ligne avec nos objectifs », était venue expliquer le 25 septembre à Roubaix la représentante de l’enseigne, Caroline Maunoury, à l’occasion des Fashion Tech Days, précisant que le test ne représente pas une forte prise de risque. « Il s’agit d’une matière que l’on utilise d’hiver en hiver. Donc, si cela ne s’était pas vendu, elle aurait de toute manière été réutilisée. »

Le partenaire marocain de Promod produisant habituellement le modèle Gisèle est donc sur le qui-vive, attendant de pied ferme ce 30 septembre la liste des pièces à produire, les manteaux devenant alors une priorité absolue sur ses chaînes de production.

De leur côté, les clients peuvent choisir entre trois longueurs, court, standard ou long, ainsi qu’onze coloris différents. Des pièces variées proposées au tarif unique de 129,95 euros. En accord avec la stratégie "zéro plastique" de la marque, la pièce sera livrée dans un étui réalisé dans un tissu issu des stocks de Promod.


Le manteau est proposé en trois longueurs et onze coloris. - Promod


Ce premier pas de Promod dans la production sur commande s’inscrit dans une évolution plus vaste des stratégies d’approvisionnement des marques de mode. Avec d’un côté le surapprovisionnement de la fast-fashion, et de l’autre des pure-players comme Boohoo ne recourant qu’à des productions courtes pour éviter les invendus, des modèles restent à trouver.

En interrogeant fin 2018 une centaine de distributeurs d’habillement, l’Institut français de la mode (IFM) relevait que 31 % des approvisionnements se faisaient à moyen terme, 10 % en actualisation et 12 % en réassort. Soit une légère accentuation sur un an pour ceux deux types d’approvisionnement à court terme, respectivement de 9  % et 11 % en 2017.

Copyright © 2019 FashionNetwork.com Alle Rechte vorbehalten.