×

Paris Good Fashion présente ses premiers projets

Veröffentlicht am
today 26.06.2019
Lesedauer
access_time 4 Minuten
Teilen
Herunterladen
Artikel herunterladen
Drucken
Drucken
Textgröße
aA+ aA-

Faire travailler ensemble tous les acteurs parisiens de l’industrie pour faire de Paris la capitale de la mode la plus responsable au monde. L’ambition affichée en janvier par les instigateurs de Paris Good Fashion semblait très théorique. En six mois, le projet mené par Isabelle Lefort semble avoir pris du corps.
 

Isabelle Lefort présentant les avancées de Paris Good Fashion à l'IFM - FNW


Initié en début d'année par la mairie de Paris, Paris Good Fashion veut dynamiser les initiatives de mode durable dans la capitale française. A la tête de l'association, née de cette initiative, Isabelle Lefort a fixé la ligne directrice. « Notre objectif est de faire de Paris la capitale d'une mode plus responsable, a-t-elle expliqué. Nous voulons réunir tout le monde dans ce projet, que vous soyez une grande marque, un jeune créateur, un prestataire ou un expert. Nous avons besoin d'avancer avec tous. La volonté est d'agir concrètement, d'être dans la coconstruction et de partager les pratiques. »

Pour le premier point de passage organisé mardi soir à l'IFM, dans le XIIIe arrondissement de la capitale française, les élus parisiens ont appuyé en préambule leur volonté de voir Paris Good Fashion prendre de l'ampleur. « En pleine canicule, nous sommes obligés de nous mobiliser vers cet avenir écologique. Paris Good Fashion va avancer. Et Paris restera aux côtés de celles et ceux qui veulent dessiner un avenir à la mode durable engagée et éthique », a glissé Antoinette Guhl, adjointe à l'Economie sociale et solidaire, innovation sociale et économie circulaire.

Frédéric Hocquard, adjoint à la Vie nocturne et à la diversité de l’économie culturelle, a lui souligné que les équipes s'inspirent de ce qui se fait déjà dans les festivals. « Durant la Fashion Week, nous allons faire une exposition sur la mode éthique avec Sakina M'sa qui sera installée sur l'Hôtel de ville de Paris. Nous voulons aussi améliorer les conditions de mise en place d'événements dans Paris. Nous avions établi une charte de bonne pratique avec la Fédération de la couture (FFHCM), nous réfléchissons à la manière de faire rayonner ces initiatives », ajoute-t-il.

Concrètement, en six mois l'association a dû mobiliser des ressources, constituer son équipe avec des pointures du secteur et des institutionnels, et structurer son plan d'attaque. Et pour l'aider à définir sa feuille de route, elle s'est adjoint les services de l'agence Sidièse, de Gildas Bonnel, spécialisée dans la communication RSE. « L'agence existe depuis 20 ans, mais depuis deux ans, cela a basculé, a-t-il expliqué. Tout le monde veut s'impliquer. Maintenant, nous travaillons sur les grandes thématiques. Car derrière le projet se cache en fait un label pour la place de Paris. Et nous voyons qu'il y a une saine émulation entre les maisons pour pouvoir dire "Je fais partie de ce mouvement". »

Cinq groupes de travail

Les budgets seront concrètement validés après la rentrée de septembre, mais les premiers groupes de travail ont débuté et les représentants des grands acteurs se sont impliqués dans chacun d'eux, signe d'un potentiel pour faire travailler tout le monde dans le même sens.

Le premier projet doit bénéficier à l'ensemble de la filière en créant une cartographie des acteurs du secteur et des relais sur les questions écoresponsables. Le second groupe de travail avance sur l'accompagnement des marques de taille intermédiaire et des jeunes créateurs afin de leur donner tous les outils pour mettre en place une approche responsable.

La troisième équipe veut développer une initiative présentée en début d'année lors du salon Première Vision, qui vise à relancer une filière laine en France. Porté par Made in Town, qui estime que 6 000 tonnes de laine pourraient être utilisables, ce projet peut potentiellement prendre une nouvelle ampleur au contact des groupes et grandes maisons.

Le quatrième axe développé par Paris Good Fashion est de réunir les spécialistes de l'événementiel et des défilés pour mettre sur pied des démarches plus responsables concernant l'organisation de ces périodes. Cela passe par l'utilisation d'énergie plus verte, mais aussi l'identification de nouveaux sourcings et la gestion de la fin de vie des matériaux utilisés durant les shows.

Enfin, le dernier projet est de dynamiser l'essor du design inclusif. L'association Eyes on Talents et l'APF France Handicap ont sollicité 34 écoles dans 15 pays ainsi que 2 500 designers pour la création d'un concours, doté d'un prix de 10 000 euros, récompensant des produits répondant aux besoins de personnes concernées par un handicap. Quatre finalistes ont été présentés et la remise de prix se déroulera le 8 novembre 2019 au Palais de Tokyo.

Ces premiers points devraient voir leur concrétisation débuter fin 2019, début 2020. Mais d'autres projets sont aussi dans les cartons comme le développement d'une solution de pressing professionnel responsable pour l'ensemble du secteur ou encore un groupe de travail sur le bien-être animal.

Paris Good Fashion est forcément attendu sur la concrétisation de ces projets. Mais lors de ce chaleureux mardi soir d'été, chacun semblait prêt à partager ses bonnes pratiques. Paris pourrait ainsi bien être capable de relever son défi pour 2024.

Copyright © 2019 FashionNetwork.com Alle Rechte vorbehalten.