×

Le bracelet, bijou vedette de l'homme moderne

Von
AFP
Veröffentlicht am
today 04.09.2005
Lesedauer
access_time 3 Minuten
Teilen
Herunterladen
Artikel herunterladen
Drucken
Drucken
Textgröße
aA+ aA-

PARIS, 4 sept 2005 (AFP) - Après avoir décidé de s'occuper des enfants, de s'intéresser à sa garde-robe, l'homme moderne commence à présent à "s'accessoiriser", à condition toutefois que les bijoux soient plutôt discrets et virils avec en tête le bracelet, selon les professionnels du salon Eclat de Mode à Paris (jusqu'au 5 septembre).


Bracelet homme Bouddha to Bouddha - Photo : Showroom.fr

Quelques marques spécialisées dans le bijou masculin sont apparues depuis la fin des années 90, caractérisées également par l'arrivée timide de lignes hommes chez les spécialistes du bijou féminin.

Trois produits se disputent le marché: le bracelet, le pendentif et la bague.

"La ligne hommes reste encore modeste et ne représente que 10% de notre chiffre d'affaires", explique Pierre François, gérant de la marque Fifi la Ferraille. "Elles sont tirées par les jeunes adolescents et adultes jusqu'à 25 ans qui cherchent à s'identifier au modèle anglo-saxon: rocker, surfer, ou rappeur. Pour les plus de 25 ans, la conversion est difficile", ajoute-t-il.

Un point de vue que ne partage pas Paul-Jean Rameau, créateur de la griffe "Côté mecs": "même parmi les 50/60 ans, le type divorcé, seul, veut mettre un accessoire pour prouver qu'il est dans le coup".

D'une manière générale, poursuit-il, "l'homme a compris que se looker n'était pas se féminiser. Dès lors, il devient un acheteur compulsif, comme la femme".

Une récente étude de l'institut français de la mode rapportait que 72% parlent "d'expression de la personnalité comme motivation d'achat". La griffe italienne Nomination appelle cela "l'hédonisation soft".

Témoin de l'engouement de l'homme moderne pour le bijou, le grand magasin Printemps-Homme à Paris, ouvre un nouveau rez-de-chaussée entièrement consacré aux accessoires et a demandé à de nombreuses marques de créateurs de créer un bijou "à la fois exclusif et tendance tout en restant viril". Le choix s'est porté sur le bracelet.

Car effectivement, le bracelet est l'accessoire le plus vendu devant le pendentif "que l'homme peut cependant cacher sous sa chemise quand il va travailler", poursuit Pierre François, alors que le jeune fan de rap adoptera les pendentifs qui vont jusqu'au nombril.

Les matières comme les couleurs sont limitées et tournent généralement autour de l'argent, l'acier, le cuir plat ou tressé ou encore le caoutchouc.

Les pendentifs se terminent souvent par des lames de rasoir, des plaques américaines ou des revolvers.

La couleur n'est pas encore véritablement rentrée dans les moeurs "mais nous en proposons malgré tout pour que les hommes s'y habituent progressivement", explique encore Paul-Jean Rameau, habillé d'une chemise Christian Lacroix à jabot rose fuchsia et d'un pendentif en passementerie noire.

"Ce qui me rend optimiste, c'est qu'il y a deux ou trois ans, quand j'étais très looké, je faisais peur dans la rue, aujourd'hui, je sens que les hommes se disent +il a osé+ avec envie".

La griffe espagnole Alexandra Plata tempère cet enthousiasme. "Nous ne proposons des tons roses ou rouges que sur les boutons de manchettes. Les bracelets restent dans des cuirs naturels, noir ou en argent", constate Alexandra Sanchez, directrice de la griffe.

Ce que Bruno Peytel, directeur de division du fabricant bijoutier-joailler De Percin résume: "l'homme a besoin de repères. Le métal, et notamment l'argent, en est un".

Par Dominique AGEORGES

Copyright © 2020 AFP. Alle Rechte vorbehalten. Wiederveröffentlichung oder Verbreitung der Inhalte dieser Seiten nur mit ausdrücklicher schriftlicher Zustimmung von AFP.