×
Übersetzt von
Cecile Herrero
Veröffentlicht am
29.03.2022
Lesedauer
5 Minuten
Teilen
Herunterladen
Artikel herunterladen
Drucken
Drucken
Textgröße
aA+ aA-

Launchmetrics se renforce avec l'acquisition de son compétiteur italien DMR

Übersetzt von
Cecile Herrero
Veröffentlicht am
29.03.2022

La société spécialisée dans l'analyse de données dans le secteur de la mode, du luxe et de la beauté a racheté son principal concurrent, DMR, fondé et présidé par Enzo di Sarli. Une acquisition qui fait suite à une série de rachats stratégiques, initiée en 2017 avec ceux de la plateforme d'influenceurs Style Coalition et de l'outil italien Visual Box, et avec lesquels Launchmetrics entend renforcer ses données et ses capacités d'analyse pour devenir le principal outil de performance des marques du secteur. La valeur totale de l'opération n'a pas été dévoilée.


Enzo di Sarli, fondateur et président de DMR et Michael Jais, CEO de Launchmetrics - Launchmetrics



"Cette acquisition présente de nombreux avantages pour les deux entreprises. C'est une situation gagnant-gagnant pour tout le monde. Nous allons combiner le meilleur des deux mondes, en associant la technologie avancée de Launchmetrics aux données historiques de DMR, que nous compléterons par le 'social data' et d'autres données dont nos concurrents ne disposaient pas, comme celles du marché chinois", a annoncé Michael Jais, PDG de Launchmetrics, dans une interview accordée à FashionNetwork.com. L'opération, sur laquelle les deux sociétés travaillent depuis six mois et qui sera achevée avant la fin de l'année, constitue la cinquième acquisition pour Launchmetrics. Parmi les mouvements récents qui ont suivi un tour de table de 50 millions d'euros en septembre 2018, citons l'achat de la banque d'images IMAXtree en 2019 et de la plateforme chinoise Parklu juste un an plus tard.

L'investissement dans l'entreprise italienne DMR, qui a 20 ans d'expérience dans le secteur, 200 employés et 400 clients dans le monde, permettra à Launchmetrics d'augmenter son volume de marques à 1.200 et son effectif à 400, et de disposer de 10 bureaux dans le monde. "Nous voulons tous deux maintenir le niveau de service que nous avons fourni à nos clients jusqu'à présent. À long terme, je pense que la transaction ouvrira des perspectives passionnantes pour Launchmetrics. Non seulement nous disposerons des meilleures données sociales et médias en ligne et en print, mais nous serons également en mesure de faire ce qui est le plus important et le plus précieux pour le client: le relier aux données commerciales", a déclaré le PDG à propos de l'horizon qu'ouvre l'acquisition de DMR. Avant de souligner: "Désormais, nous n'aurons plus besoin de nous faire concurrence, nous disposerons simplement des meilleures données au monde et de la couverture la plus complète. Nous pouvons donc investir toutes nos ressources pour créer la connexion entre eux et les données financières et commerciales".

Une intégration "en douceur" vers la consolidation



Pour assurer la transition dans cette "intégration en douceur" au cours de l'année 2022, Michael Jais comptera sur le président et fondateur de l'entreprise italienne, Enzo di Sarli, en tant que "conseiller spécial". Le PDG reste ouvert à l'avenir du projet. "L'intégration se fera en douceur, sans qu'il soit nécessaire de procéder à une restructuration. Ce n'est pas comme si nous combinions deux technologies, mais nous intégrons leurs données aux nôtres. À ma grande surprise, le chevauchement entre les clients a été très limité. Nous allons donc conserver les mêmes équipes et nous efforcer d'amener les équipes à établir des liens entre les données."

"Notre expérience en matière de données et notre portefeuille établi de grands comptes nous permettront d'offrir nos analyses à de plus petites marques", a-t-il poursuivi, commentant son ambition de travailler avec 10.000 à 20.000 petites marques potentiellement intéressées par ses services. Sur la possibilité d'autres acquisitions à l'avenir, Michael Jais est clair. "À ce jour, je pense que nous avons une position forte et je ne vois pas d'autre concurrence directe qui puisse nous donner un avantage", a-t-il déclaré, tout en maintenant un intérêt pour des outils ou des solutions supplémentaires. "Nous ne faisons que commencer le voyage et il y aura beaucoup de mouvements de consolidation dans cette direction. Les marques ne veulent pas travailler avec autant de fournisseurs, soit pour des raisons budgétaires, soit parce qu'elles veulent travailler avec une plateforme simple et complète. Plus nous pouvons consolider d'outils ou de données, mieux ce sera pour nos clients", a-t-il fait valoir.

L'objectif est de dépasser les 100 millions de dollars de revenus d'ici 2025



L'avenir s'annonce radieux pour Launchmetrics, dont le chiffre d'affaires devrait avoisiner les 60 millions de dollars pour l'exercice en cours. "L'objectif est de doubler ce chiffre dans les deux ou trois prochaines années, ce qui sera la bonne taille pour éventuellement entrer en bourse", a révélé le dirigeant français, qui voit un grand potentiel dans son entreprise. "Depuis le Covid-19, nous avons vu plus de progrès en un an qu'au cours de la dernière décennie. Au cours des dix dernières années, certains analystes ou journalistes ont estimé que l'industrie du luxe avançait à un rythme de digitalisation très lent, par rapport à d'autres secteurs. Aujourd'hui, l'industrie a rattrapé son retard. Et la question n'est pas de savoir ce que le numérique peut apporter au luxe, mais ce que le savoir-faire du luxe peut apporter aux secteurs", a-t-il analysé, soulignant que les acteurs de l'industrie de la mode sont habitués à "remettre en question très rapidement et à changer la façon dont ils font des affaires de manière accélérée".

En tant qu'observateur averti du secteur, Michael Jais pense que l'industrie de la mode de demain sera "hybride, une combinaison des deux mondes" et "engagée". "Les clients attendent de plus en plus d'engagement. La crise à laquelle le monde est confronté exige des marques qu'elles se concentrent sur leurs valeurs et sur la manière dont elles font des affaires, et l'on assistera à une évolution de l'attention environnementale et sociale vers les questions éthiques au cours de l'année prochaine. Toutefois, en ce qui concerne Launchmetrics, la culture est bien plus importante que les valeurs. "En tant que PDG, je peux dire que les valeurs de l'entreprise sont X. C'est un premier pas, mais cela ne signifie pas nécessairement qu'ils seront suivis par les employés. La culture imprègne l'entreprise de bas en haut", a-t-il fait valoir, insistant sur le fait que l'humilité est la qualité fondamentale pour travailler dans son entreprise.

"Il faut laisser son ego à la porte et c'est la culture que nous promouvons parmi les employés. Si vous voulez être sous projecteurs, il est préférable de travailler pour Chanel, Dior ou Louis Vuitton, par exemple. Nous, nous nous concentrons sur la réussite de nos clients", a-t-il déclaré, confirmant qu'il conservera ce style après l'acquisition de DMR. Un profil modeste à transmettre aux équipes réparties entre Paris, Londres, New York, Shanghai, Milan et Madrid. Née en 2016 de la fusion du français Augure et du new-yorkais Fashion GPS, Launchmetrics est une entreprise internationale. "Nous ne sommes plus une entreprise française", déclarait l'ancien cofondateur d'Augure en 2002. Et il reconnaît fièrement: "C'était douloureux au début, mais la mondialisation a changé nos vies".
 

Copyright © 2022 FashionNetwork.com Alle Rechte vorbehalten.