×
Veröffentlicht am
31.01.2022
Lesedauer
2 Minuten
Teilen
Herunterladen
Artikel herunterladen
Drucken
Drucken
Textgröße
aA+ aA-

La vente de Minelli aux dirigeants de San Marina autorisée

Veröffentlicht am
31.01.2022

L'Autorité de la concurrence a annoncé lundi avoir autorisé le rachat des 210 magasins en France de l'enseigne de chaussures Minelli par Stéphane Collaert, très présent dans la mode et déjà repreneur de San Marina. Les deux enseignes appartenaient auparavant au groupe Vivarte.


Collection automne-hiver 2021/22 - Minelli


"L'Autorité a autorisé cette opération sans la soumettre à conditions", explique-t-elle dans un communiqué. Compte tenu de l'existence d'une "pression concurrentielle" dans les zones où les deux réseaux coexisteront, "l'Autorité a considéré que la nouvelle entité ne serait pas incitée à augmenter le prix des articles vendus dans ses magasins ou à en dégrader la qualité", explique-t-elle pour justifier sa décision.

Minelli exploite un réseau de 260 points de vente de chaussures, destinées principalement aux femmes, et d'articles de maroquinerie qu'elle vend également sur internet, dont 210 en France. La marque créée en 1973, qui compte 700 salariés dans 14 pays, avait réalisé en 2020 un chiffre d'affaires de 90 millions d'euros.

San Marina et Minelli, de nouveau réunies, pèseraient ensemble 250 millions d'euros de ventes annuelles, selon son nouveau propriétaire, et rassemblent 470 points de vente. L'objectif de Stéphane Collaert, associé à Laurent Portella au logisticien Log's, est de devenir le leader français de la chaussure femme en cuir. De nouveaux projets ont déjà été lancés chez Minelli, notamment l'émergence d'une ligne de souliers premium baptisée Emblem, et l'ouverture à Toulouse d'une première boutique uniquement dédiée à l'offre masculine.

Après la finalisation du rachat de l'enseigne de vêtements féminins Caroll en octobre par Beaumanoir, la marque Minelli était le dernier actif du groupe Vivarte, né André et créé à la fin du XIXe siècle. Cette cession entérine la liquidation de l'ancien fleuron du textile français, qui a été mis en difficulté par la concurrence internationale et des rachats successifs par des fonds.

Avec AFP

Copyright © 2022 FashionNetwork.com Alle Rechte vorbehalten.