×

Japon : salon de coiffure et soubrettes pour les jeunes ermites japonais

Von
AFP
Veröffentlicht am
today 07.09.2005
Lesedauer
access_time 2 Minuten
Teilen
Herunterladen
Artikel herunterladen
Drucken
Drucken
Textgröße
aA+ aA-

TOKYO, 7 sept 2005 (AFP) - Les "otakus", ces jeunes Japonais archi-timides qui vivent repliés sur eux-mêmes, ont désormais leur salon de coiffure à Tokyo où les employées, vêtues en tenues affriolantes de soubrettes, sont censées éveiller leur désir de plaire.


Au salon de coiffure "Moesham" le 6 septembre 2005 à Tokyo
Photo : Yoshikazu Tsuno

Le salon "Moesham" (familièrement: "le shampoing qui rend gaga") a ouvert mercredi dans le quartier de l'électronique d'Akihabara, lieu d'errance favori des otakus, premiers consommateurs japonais de matériel vidéo.

Six coiffeuses en mini-jupes noires, ceintes de tabliers blancs et coiffées de bonnets de soubrettes, vont soigner le look des otakus (qui signifie littéralement: "rester chez soi").

"Je souhaite introduire la mode à Akihabara pour restaurer l'image du quartier", déclare à l'AFP, Hiroshi Aseda, 22 ans, porte-parole de la société DON, qui exploite le salon décoré de rideau de dentelles et de fausses fleurs.

"Si tu regardes les mecs qui passent ici, beaucoup portent des tee-shirts usés jusqu'à la corde, des jeans trop amples et des sacs à dos déchirés", ajoute l'homme d'affaires, qui se présente comme un ex-otaku rédimé par sa découverte des fringues et de la mode.

Dans la capitale du Japon, les bars, restaurants ou salons de massage ayant comme thème fétichiste la "bonniche" --populaire chez les Otakus parce qu'elle véhicule une image mignonne et obéissante-- ont déjà rencontré un grand succès.

Selon une étude rendue publique en 2004 au Japon, les Otakus (évalués à 2,85 millions), grands consommateurs de mangas (bandes dessinées japonaises), de films d'animations, d'ordinateurs ou de jeux vidéos, représentent un marché de 290 milliards de yens (2,11 milliards d'euros).

Une coupe de cheveux dans ce salon soigneusement entretenu en coûtera 5.000 yens (36 euros) à l'Otaku de passage, et seulement 3.000 yens (22 euros) pour un brushing, précédé d'un massage... crânien.

Copyright © 2020 AFP. Alle Rechte vorbehalten. Wiederveröffentlichung oder Verbreitung der Inhalte dieser Seiten nur mit ausdrücklicher schriftlicher Zustimmung von AFP.