Dévaluations chinoises : les groupes de luxe français se redressent à la Bourse de Paris

La Bourse de Paris s'est redressée (+1,25 %) jeudi après deux séances très difficiles, analysant avec davantage de recul la décision de Pékin de dévaluer trois jours de suite sa monnaie.



L'indice CAC 40 a pris 61,42 points à 4.986,85 points, après avoir gagné brièvement 2 %, dans un volume d'échanges modéré de 3,4 milliards d'euros. La veille, il avait chuté de 3,40 %.

Le marché parisien est remonté dès l'ouverture retrouvant un peu de sérénité après avoir cédé plus de 5 % lors des deux dernières séances.

« Le marché a rebondi après deux journées difficiles », a souligné Renaud Murail, un gérant de Barclays Bourse. « Aujourd'hui les investisseurs prennent un peu de recul et se rendent compte que les mouvements de prises de bénéfices sur des secteurs comme celui du luxe par exemple étaient peut-être exagérés », a-t-il développé. « L'impact sur certains groupes ne sera pas forcément si significatif, car nous ne sommes pas dans un scénario catastrophe où les groupes implantés en Chine n'y vendraient plus rien demain », a-t-il ajouté.

La Chine a dévalué le taux de référence du yuan pour le troisième jour consécutif, mais la banque centrale a indiqué qu'elle se tenait prête à intervenir en cas de « distorsions » excessives. Les gestes de Pékin sur sa monnaie ont été largement interprétés par les investisseurs comme un moyen de relancer les exportations.

La hausse de l'indice parisien s'est un peu érodée en fin de séance, dans la foulée d'une série d'indicateurs américains, les investisseurs voyant se renforcer à travers ces chiffres la perspective d'une remontée des taux directeurs de la Réserve fédérale américaine (FED) dès la rentrée.

Dans ce contexte, les entreprises exposées à la Chine ont logiquement rebondi. Renault a pris 0,88 % à 82,28 euros, PSA Peugeot Citroën 1,10 % à 17,01 euros, LVMH 2,92 % à 160,40 euros, Kering 1,42 % à 170,90 euros et Pernod Ricard 2,63 % à 105,50 euros.

Le secteur pétrolier a été pénalisé par l'ouverture en baisse des cours du pétrole à New York, Total perdant 0,35 % à 44,38 euros et Technip 0,24 % à 49,70 euros.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2019 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Luxe - DiversBusiness
INSCRIPTION À LA NEWSLETTER