×

Chez Nivea (groupe Beiersdorf), la croissance ralentit

Von
Reuters
Übersetzt von
Paul Kaplan
Veröffentlicht am
today 31.10.2019
Lesedauer
access_time 2 Minuten
Teilen
Herunterladen
Artikel herunterladen
Drucken
Drucken
Textgröße
aA+ aA-

La société allemande de biens de consommation Beiersdorf a constaté que de nouveaux produits ont stimulé ses activités de soins de la peau, qui ont finalement mieux résisté que prévu.


Beiersdorf


Beiersdorf a confirmé ses prévisions globales pour 2019, à savoir une croissance du chiffre d'affaires du groupe comprise entre 3% et 5% et une marge opérationnelle consolidée d'environ 14,5%. Le groupe a également réduit ses prévisions de ventes pour ses activités de grande consommation.

La croissance du chiffre d'affaires de Nivea, la marque phare de la société, a ralenti à 2,7% au troisième trimestre contre 3,2% au premier semestre, tandis que celle des produits haut de gamme de La Prairie a chuté à 14%, contre 27% au premier semestre, les ventes ayant chuté à Hong Kong où les dépenses touristiques ont été freinées par les manifestations pro-démocratie.

En revanche, les marques Eucerin et Aquaphor et les lignes de pansements Hansaplast et Elastoplast de Beiersdorf ont connu une reprise des ventes, avec une nouvelle formule brevetée chez Eucerin, qui réduit l'apparition des taches pigmentaires et connaît un bon succès public.

Face au ralentissement des ventes des marques de grande consommation comme Nivea, le nouveau directeur général du groupe, Stefan De Loecker, a mis en place un département d'innovation pour développer de nouvelles marques "indépendantes", dont une nouvelle ligne de crèmes pour le corps conçues pour les peaux tatouées, lancée en septembre dernier.

Beiersdorf surfe aussi sur la demande pour des produits aux ingrédients plus "naturels", avec le lancement de la ligne de soins "fermentés" Florena en Italie et en France, et le lancement prochain de sa nouvelle gamme de produits Nivea "Naturally Good".

"Dans un environnement de marché difficile et très concurrentiel, il est plus important que jamais d'adapter notre modèle économique aux nouvelles conditions économiques et aux dernières innovations technologiques", assure Stefan De Loecker. "Nous progressons dans la bonne direction."

L'unité Tesa, qui fabrique des adhésifs pour l'industrie automobile et électronique et représente environ 20% des ventes du groupe, n'a enregistré qu'une croissance de 1,2% entre janvier et septembre, compte non tenu des effets de change et des acquisitions, contre 2,4% au premier semestre 2019.

Au total, sur les neuf premiers mois de l'année, la société a enregistré une croissance organique de son chiffre d'affaires de 4,3%, contre 4,8% au premier semestre, avec un chiffre d'affaires de 1,89 milliard d'euros au troisième trimestre, alors que les analystes prévoyaient en moyenne 1,91 milliard d'euros. 

© Thomson Reuters 2019 All rights reserved.