×

Armani : premiers signes de reprise après la chute des ventes de 2018

Von
Reuters API
Übersetzt von
Sonia BROYART
Veröffentlicht am
today 26.07.2019
Lesedauer
access_time 2 Minuten
Teilen
Herunterladen
Artikel herunterladen
Drucken
Drucken
Textgröße
aA+ aA-

Les ventes du groupe de mode italien Giorgio Armani ont chuté pour la troisième année consécutive en 2018, bien que l’entreprise ait déclaré que sa stratégie de restructuration avait commencé à porter ses fruits.


La société a été fondée par le styliste Giorgio Armani à Milan en 1975. - Photo: Armani


Le groupe avait déjà annoncé l’an dernier qu’il n’attendait un retour à la croissance qu’à partir de 2020, grâce à une réorganisation interne visant à rationaliser son réseau de magasins et son portefeuille de marques sous trois labels.

Ce vendredi, l’entreprise a déclaré qu’en 2018, les revenus ont chuté de 8 % à taux de change constants (-10 % à taux de change courants) soit 2,1 milliards d’euros, alors que l'Ebitda est passé de 438 millions en 2017 à 314 millions d’euros sur le dernier exercice.

« Je crois en l’orientation stratégique que nous avons jugé être la plus adaptée pour consolider la position de leader du groupe Armani et de ses marques dans le segment luxe-lifestyle », a déclaré Giorgio Armani, qui vient tout juste de fêter ses 85 ans et occupe toujours le poste de président-directeur général.

Les signaux positifs relatifs aux ventes de la saison printemps-été 2019 au premier semestre confirment que la marque, fondée il y a 44 ans et deuxième plus importante d’Italie derrière Prada, va dans la bonne direction, a-t-il ajouté.

Le groupe disposait de fortes liquidités d'un montant de 1,3 milliard d’euros à la fin de l’année dernière, en hausse de 300 millions d’euros par rapport à l’année précédente. Giorgio Armani a déclaré que cela avait permis au groupe, qui n’a aucune dette, de rester indépendant et d'accroître ses investissements. En 2018, ces derniers ont augmenté de 28 % à 106 millions d’euros.

Les recettes de la marque, y compris le fruit de ses licences, sont restées stables à 3,8 milliards d’euros, conformes à 2017 à taux de taux de change constants.

Bien qu’il ait créé une fondation à son nom et indiqué qu’une partie de son empire de mode haut de gamme devrait être transféré à cette œuvre caritative, le créateur n’a toujours pas donné le nom de son successeur lorsqu’il quittera l’entreprise.

Ce vendredi, le groupe a annoncé la nomination de deux directeurs généraux adjoints, l’un responsable des activités commerciales et des marchés, et l’autre en charge des finances et des opérations.

© Thomson Reuters 2019 All rights reserved.