×

A Naples, la police italienne découvre un atelier clandestin qui serait lié à l'industrie du luxe

Von
Reuters API
Übersetzt von
Cecile Herrero
Veröffentlicht am
today 18.11.2019
Lesedauer
access_time 2 Minuten
Teilen
Herunterladen
Artikel herunterladen
Drucken
Drucken
Textgröße
aA+ aA-

Les autorités italiennes ont arrêté le patron d'une société de Naples. Il employait des dizaines de travailleurs clandestins qui fabriquaient visiblement de la maroquinerie pour quelques grands noms du luxe.


Shutterstock


Vincenzo Capezzuto, dirigeant de Moreno Srl a été placé en garde à vue pour travail clandestin et séquestration selon son avocat Rosario Pagliuca.
Les sources proches de l'enquête déclarent que l'atelier de Melito, dans la banlieue de Naples et qui compte une grande population d'immigrés, fabriquait des chaussures et sacs pour des groupes tels que Armani, Saint Laurent ( Kering ) et Fendi (LVMH ) dont les produits se vendent plusieurs milliers d'euros.

Aucune des compagnies n'a confirmé de connexion avec Moreno et Saint Laurent a réfuté toute relation. Dans le monde, l'industrie du luxe est estimé à 276 milliards d'euros ( 305.86 milliards de dollars ) en 2019, selon les consultants Bain&Co et la Fondation Altagamma, fédération italienne des fabricants de l'industrie du luxe.

Ainsi, cette affaire met sous les projecteurs le monde des ateliers clandestins et des sous-traitants sans scrupules qui se cachent dans de nombreux secteurs de l'industrie, qui joue beaucoup sur le label "Made in Italy"

Quand la police a procédé à la fouille des locaux de Moreno, quelques 50 travailleurs, incluant une femme enceinte et deux adolescents, ont été trouvés et sortis. Ils étaient cachés dans une réserve parmi de nombreux rouleaux de cuir et des piles de chaussures et sacs à main.

Rosario Pagliuca a défendu son client, disant que les petits fournisseurs faisaient partie intégrante de l'industrie et étaient bien souvent sous-payés par les grandes maisons de mode. "La manufacture autour de Melito est vue comme la Chine, où la production est décentralisée de l'industrie européenne grâce à des coûts très bas et des droits des travailleurs bien faibles " dit-il à Reuters. Il a également nié que les travailleurs aient été séquestrés, en disant qu'ils s'étaient simplement cachés pour éviter que la société ne soit fermée. Il a d'ailleurs déclaré souhaiter les régulariser.

La plupart des grands noms de la mode ont des équipes d'inspecteurs pour s'assurer que les fournisseurs respectent le droit du travail ainsi que les règles en termes de santé ou sécurité.

"Mais la chaîne de production est parfois trop longue. Il arrive que le fournisseur avec qui l'accord est signé à l'origine sous-traite son travail à d'autres sociétés sans que les marques n'en soient informées " confie une personne travaillant dans l'industrie du luxe à Reuters, sous couvert d'anonymat.

Saint-Laurent, contrôlé par le groupe Kering, a assuré n'avoir aucune relation avec Moreno. "Nous sommes actuellement en train d'enquêter sur ce problème " déclare le groupe français. Dans un communiqué, Armani a déclaré que Moreno n'était en aucun cas un fournisseur direct ou sous-traitant autorisé de la marque. Fendi, quant à elle, a refusé tout commentaire.

© Thomson Reuters 2019 All rights reserved.