×
Veröffentlicht am
27.02.2022
Lesedauer
5 Minuten
Teilen
Herunterladen
Artikel herunterladen
Drucken
Drucken
Textgröße
aA+ aA-

A Milan, envie d'évasion chez MSGM, Philosophy et Ambush

Veröffentlicht am
27.02.2022

Alors que la guerre en Ukraine a remplacé le Covid-19 sur les premières pages des journaux, la caravane de la fashion sphère va de l’avant. L’on pouvait percevoir néanmoins une forte envie d’évasion ce week-end sur les podiums milanais. Les collections scintillantes imaginées pour l’hiver prochain sont un appel évident au rêve et à la légèreté, des voyages interstellaires de MSGM et Ambush à la plongée dans les années folles de Philosophy.


MSGM, automne-hiver 2022/23 - DR

 
"En janvier, la NASA a découvert une étoile, qui émet des impulsions lumineuses de différentes couleurs. Cela m’a fasciné et même obsédé et j’ai imaginé mon vestiaire comme un voyage vers une autre dimension", raconte Massimo Giorgetti en backstage. "J'ai pris l’espace comme point de fuite ou d’espoir, un horizon suspendu, où tout est encore possible", glisse-t-il. Cette obsession se traduit par un thème unique et omniprésent dans toute la collection automne-hiver 2022/23 de MSGM: l’étoile, irradiant sa lumière sur tous les vêtements avec comme toile de fond la nuit, dans une palette sombre noire et grise.
 
On la retrouve les étoiles dans de longues guirlandes en plexiglas formant des robes fluctuantes. En une myriade de minuscules miroirs, elles s’emparent de vestes et manteaux au style sartorial, ou bien s’assemblent dans une mini robe en cascade argentée. Petits points scintillants brodés, elles illuminent délicatement des tops sombres en voile transparent ou se déversent en une traînée éclatante sur manches et pantalons. Des cristaux simulent une constellation sur une brassière noire.

Le contour des étoiles est badigeonné sur des jeans ou se découpe dans un sweater et une robe-chemise de coton blanc, laissant entrevoir la peau. Des comètes sont stylisées en noir et blanc, via des dessins pops, sur cardigans jacquard, tricots, cols roulés en lycra et blousons. Voie lactée et galaxie explosent en feux d’artifice imprimés sur de longues robes en satin ou des habits moulants en soie stretch.
 
Tout brille, des ensembles denim en lurex aux cols et ceintures strassées en passant par les tuniques filet en paillettes et les bijoux glitter. Bande son, coiffure, maquillage et jusqu’au nouveau logo aérodynamique de MSGM se réfèrent à la chanteuse Bjork, autre obsession de Massimo Giorgetti, tout comme le film Melancholia de Lars von Trier, décrivant la fin du monde, dans une collision avec une planète…

Philosophy, automne-hiver 2022/23 - DR

 
Chez Philosophy, les brillances dominent également la collection. Les mannequins se donnent des airs de vamp avec leurs lunettes noires et robes à grosses paillettes fendues jusqu’à la cuisse, leurs tenues à franges perlées ou leurs vestes fourrées volumineuses à longs poils colorés. Sans oublier les pièces en vinyle noir, les robes en dentelle transparente ou ces modèles en résille métallique à mailles larges. Le thème de la chaîne est repris en leitmotiv, en bracelets autour des poignets, en bandoulière de sacs, en imprimés noirs s’enroulant le long de maxi robes blanches ou s’y croisant en formant des losanges.
 
Lorenzo Serafini, le designer de la ligne contemporary du groupe Aeffe, fait s’entrechoquer les années 1920 de la République de Weimar et les sous-cultures underground de Berlin un siècle plus tard avec, de part et d’autre, la même faune éclectique ouverte à tous les genres et personnalités, baignée dans une grande effervescence culturelle. L’envie de s’exprimer en toute liberté est palpable et les mannequins traversent le podium comme la scène d’un cabaret, sur la mélodie de "La bambola", célèbre tube des Sixties de Patty Bravo, interprété par l’artiste chanteur français Lucky Love accompagné en live au piano.
 
"Tu me fais tourner comme une poupée et je ne veux plus mettre ma vie dans les mains d'un garçon", dit la chanson, tandis que défilent des jeunes femmes au caractère bien trempé en escarpins, bas noirs et gants de cuir glamour, habillées de pantalons ou micro-shorts-culottes à bretelles portés avec un chemisier déboutonné jusqu’au nombril ou un simple gilet, le soutien-gorge bien en vue. Les styles androgyne ou hyper sexualisé sont au centre du propos avec des dessous chic, qui s’affichent sans complexe dans des robes à l’échancrure béante.

Ambush, automne-hiver 2022/23 - DR

 
Chez Ambush, on atterrit sur le tarmac d’un aéroport intergalactique, dans une planète lointaine tapissée de sable lunaire et éclairée par un énorme globe. Les avions décollent en continu dans des vrombissements assourdissants. Les modèles n’en ont cure, traversant la scène d’un pas assuré et pressé, hissées sur des sandales et bottes lacées à très hautes plateformes, le regard caché par des lunettes futuristes ou un chapeau fourré géant à larges revers.
 
Elles ont de l’allure dans leurs tenues ultra courtes et ajustées près du corps. La garde-robe se compose essentiellement de mini robes, jupettes et maxi vestes noires ou rouges avec empiècements en cuir, de petits blousons shearling à la généreuse encolure, de combinaisons, pantalons évasés et ensembles en jersey ou maille collés au corps. Le cuir notamment a la part belle. Tout est clean et facile à porter, à condition d’être très mince et longiligne. Ce total look noir est sans doute là pour mettre en valeur accessoires et bijoux, la spécialité de de la créatrice coréenne Yoon Ahnn avec, entre autres, des bracelets volumineux en argent. 
 
Depuis la première présentation à Paris de sa collection de prêt-à-porter en janvier 2018 et ce tout premier défilé à Milan, samedi, quel chemin parcouru pour Ambush. Le style, qui fleurtait davantage avec le streetwear et se cherchait à l’époque, est désormais défini dans un haut de gamme chic et cool.
 
La maison est née avec les bijoux en 2008, de la rencontre entre le DJ, musicien et producteur influent japonais Verbal et Yoon Ahnn qui a grandi à Seattle, aux Etats-Unis. Pour peaufiner les tenues de scène de Verbal, la designer avait imaginé des bijoux imposants, en or et argent, qui ont fini par séduire tout autant la scène hip-hop américaine que les Tokyoïtes avides de nouveautés. Les succès s’enchaînant, le duo a lancé l’habillement en 2016.
 

Copyright © 2022 FashionNetwork.com Alle Rechte vorbehalten.